Accueil  Actus  Bio  Livres  Contact

EXPOSITIONS RECENTES
FESTIVAL de PHOTOREPORTAGE BARROBJECTIF en 2012, 2014, 2016.
En 2013, à STRASBOURG RENDEZ-VOUS IMAGE, exposition parmi 50 photographes européens, sélectionnés par la photographe américaine Jane Evelyn Atwood.
PERPIGNAN OFF 2013.
Exposition "Nos jeunes années (1970-1980)" à la Scène Conventionée La Mégisserie à St-Junien en 2015.
En attendant l'Hermione, Shop Photo Limoges Mars 2016.
Journées du reportage à Bourisp (Aude) Juin 2016.
Un regard oblique, 50 photos récentes à l'Alouette Limoges Novembre 2016.
Invité d'honneur du Ciné-photo-club de St-Junien, expo en mai 2017.

PRESENCE DANS LES COLLECTIONS
Fonds Régional d'Art Contemporain Limousin ( 35 photos) Page FRAC
Bibliothèque Nationale
Fonds d'Art Contemporain Limousin

PRINCIPALES RECOMPENSES
2ème Prix Concours NIKON International (1985-1986)
1er Prix ANGOURAMA (1984)
1er Prix des Professionnels du magazine PHOTO (1984)

On ne se méfie jamais assez des photographes. Vous les voyez passer, l'air de rien, ou qui font semblant de fouiner ailleurs, alors qu'il n'y a que vous qui les intéressez. En un sens, vous devriez vous sentir flattés. Même s'il y a de fortes chances pour que l'image de vous que cet artificier sournois va piéger dans sa boîte corresponde mal à celle que vous êtes habitués à voir dans votre glace depuis votre naissance.
C'est justement son boulot, à ce photographe, de vous replacer dans un cadre qui, malgré toutes les apparences de la familiarité, ne jouera pas sur votre narcissisme. Evidemment, si vous n'êtes pas d'accord, vous pouvez toujours solliciter un rendez-vous avec Monsieur Karsh. Sinon, laissez faire le hasard: c'est le meilleur allié d'Henri Coldeboeuf. Et comme chez lui, cela rime souvent avec tendresse, humour, bonheur ou je ne sais quoi de rare et d'imprévisible, vous allez découvrir que votre sort de bipède exilé sur la planète terre n'est peut-être pas aussi quelconque que la morosité de certains jours pourrait vous le laisser supposer.
Henri Coldeboeuf a reçu quand il était petit un gros volume des oeuvres complètes de Robert Doisneau sur la tête - avec quelques pages mémorables d'Izis et de Jules Renard pour faire bonne mesure. Depuis, il a du mal à voir le monde sans sourire, avec cette ironie boudeuse et amusée des vieux chats qui savent encore courir après une pelote de laine.
Alain DISTER. (1986)
Critique Photographique au Nouvel Observateur.